Association locale indépendante et non municipale

Accueil > L’actualité à Bouvignies > Réunion pour le défibrillateur bouvignien (1ère partie).

Réunion pour le défibrillateur bouvignien (1ère partie).

Samedi 25 avril 2009 se tenait une réunion d’information sur le défibrillateur enfin installé en décembre 2008. Cette réunion n’était ouverte qu’aux associations répondant les premières. Ainsi, 24 personnes de différentes associations bouvigniennes, dont votre association Bouvignies Demain, étaient présentes pour un exposé effetué par 2 Sapeurs-Pompiers.

Attention ! rien ne vaut une formation complète ! Cet exposé a été effectué dans le cas d’une information, et n’est pas suffisant à la connaissance des gestes de secourisme.

Voici donc la première partie du compte-rendu de la réunion.

Cet exposé, très bien mené et très bien illustré, a permis au public d’appréhender la difficulté et l’importance de la rapidité d’action de chacun dans une situation d’urgence (arrêt cardiaque d’une victime).

Les 2 Sapeurs-Pompiers, Messieurs Jean-Paul Brémy (Pompier professionnel à Douai) et Jacky Debruyne (ancien Fonctionnaire au Ministère de la Défense chargé de l’information et de la prévention) ont ainsi présenté d’abord l’association « Agir et Sauver » (à Orchies) dans laquelle ils officient en tant que bénévoles, puis les situations où le défibrillateur est nécessaire, avec quelques notions de base de secourisme.

1) Présentation de l’association « Agir et Sauver » à Orchies.

Les objectifs de cette association :

-  Informer et former dans les collèges, lycées et tout public au PSC1 (Premier Secours Citoyen Niveau 1).

-  Etre présent et secourir lors de postes de secours.

-  Former des moniteurs de secourisme.

L’association propose des formations au public au PSC1 : 1 fois par mois à Orchies, environ 10h de formation aux gestes, pendant une semaine, ou en soirées.
La formation à Orchies est proposée à 50 euros.
Certaines mutuelles prennent en charge tout ou partie de ce coût.

Si vous êtes intéressé(e)(s) par ces formations, vous pouvez télécharger le formulaire avec les coordonnées de l’association en bas de page.

2) Le défibrillateur, et les situations dans lesquelles on doit s’en servir :

Le défibrillateur a été installé enfin en décembre 2008 à l’entrée de la mairie dans une armoire adéquate, les 2 ayant été subventionnés par Monsieur Alex Turk, Sénateur du Nord, chargé de l’implantation des défibrillateurs dans le Nord, conformément à la Loi de mai 2007.
Nous ne reviendrons pas sur les circonstances de l’installation en catastrophe du défibrillateur bouvignien.

Néanmoins, une rehausse devra être installée afin que les personnes de petite taille puissent y accéder et le prendre en cas d’urgence. En effet, le système d’ouverture de l’armoire demande une certaine souplesse, difficile actuellement du fait de la hauteur de l’armoire par rapport au sol.

Lorsque l’on ouvre l’armoire, on trouve une sacoche avec du petit matériel (pour se protéger, éviter d’être contaminé), et le défibrillateur.

Les chances de survie :

Avec le défibrillateur, on a 40% de chance de survie après son utilisation au bout de 5 minutes, pour un arrêt cardiaque.

Si on l’utilise après 4 minutes, on a 50% de chances de survie.

Si après 3 minutes, on a 60% de chances de survie.

D’où l’importance d’avoir le défibrillateur à proximité des lieux et des personnes « susceptibles » de connaître un arrêt cardiaque.

Que faire dans le cas où une personne a un arrêt cardiaque (elle est inconsciente et ne respire pas) ?

1) Protéger et se protéger.

2) Alerter : une alerte précoce ( en moins de 2 minutes)au 15 (SAMU) ou au 18 (Pompiers) augmente d’autant plus les chances de survie.

Faire un bilan le plus précis : adresse précise, nombre de victimes, signes visibles (consciente ? respire ? …) (Les pompiers travaillent avec des plans papier).

Si on est tout seul devant une victime, alerter d’abord.
Si on est à plusieurs, se répartir les rôles : l’un alerte et va chercher s’il le peut le défibrillateur, l’autre commence les gestes (protection, bilan..).

Si on est tout seul devant une victime, alerter d’abord.
Si on est à plusieurs, se répartir les rôles : l’un alerte et va chercher s’il le peut le défibrillateur, l’autre commence les gestes (protection, bilan..).

3) Réanimer : réanimation précoce (moins de 3 minutes) avec l’appareil si on l’a à ce moment-là. Sinon, bouche à bouche et massage cardiaque.
Défibrillation précoce (moins de 5 minutes)

4) Prise en charge médicale précoce (moins de 8 minutes).

Les causes d’un arrêt cardiaque :

1) Produits toxiques : javel, médicaments, stupéfiants, alcool

2) Noyade

3) Electricité

4) Evolution d’une obstruction grave des voies aériennes

L’arrêt cardiaque est une anomalie du fonctionnement électrique du cœur.

Le défibrillateur déclenche quand il a analysé le rythme cardiaque (= l’activité électrique du cœur). La machine détecte quand elle va « choquer ».

Si le cœur bat mais pas suffisamment : elle choque.
Si les battements restent anormaux : elle choque.

S’il n’y a plus d’activité électrique, il faut pratiquer le massage cardiaque.

Chez un adulte (= en secourisme, personne de plus de 8 ans), quand il fait son arrêt, il faut une défibrillation : poser tout de suite l’appareil.

Attention, il y a lésions du cerveau dès la première minute d’arrêt circulatoire.

(Dans notre 2ème partie, nous aborderons la réanimation cardio-pulmonaire et l’utilisation pratique du défibrillateur.)

Portfolio

Documents joints

Publié le mercredi 29 avril 2009

PDF - 2.5 Mo
Bouvignies - Pour notre village - Janvier 2015

Retrouvez les précédents numéros

Météo

Très nuageux
7°C
ressentie : 2°C

Très nuageux
Mise à jour : 17 janvier 2018 à 15h30min
Station : Lille/Lesquin, 59, FR
  • Vent 28 km/h - ouest sud-ouest
  • Humidité 57%
  • Pression 1002 mbar
  • Point de rosée -1°C
  • Visibilité 9 km

En savoir plus