Association locale indépendante et non municipale

Accueil > Associations > Club Tendresse de Bouvignies > Une crèche dans l’ancienne forge de Bouvignies

Une crèche dans l’ancienne forge de Bouvignies

Répondant à l’aimable invitation de Marie-Noëlle Bajeux-Correau, le Club Tendresse s’est rendu au 259 rue Neuve de la commune.

Pour les Bouvigniens, pas de surprise, c’est bien le site de la dernière forge du village [1]. Celle précisément où Gaston Labbe, le grand-père de l’hôtesse, exerça le métier dur mais au combien fascinant de maréchal-ferrant du début du XXe siècle jusque dans les années 80.

Nombreux étaient ceux qui avaient répondu présent à cette visite pour voir une fois encore la forge (le foyer, le soufflet, l’enclume) encore habitée leur semblait-il par le personnage haut en couleur qu’était Gaston Labbe.

A la forge, il y avait toujours des visites, même sans but précis, on passait et là forcément on n’était pas déçu ; Gaston avait toujours une blague à raconter, une histoire invraisemblable, des bons mots, des tours de passe-passe de forgeron, qui faisait celui qui allait jeter le marteau dans les pieds du visiteur et le rattrapait in-extremis, mais le chalant s’était laissé avoir et faisait des sauts de côté pour éviter l’improbable lancer d’outil.

Et des enfants, il y en avait aussi toujours beaucoup, car Gaston avait des mots gentils pour les uns et les autres, il montrait une pièce de monnaie et disait "elle est à toi si tu sais la jeter dans le sabot, accroché au mur !". Et le gamin d’essayer, d’essayer et quand enfin il avait réussi, il allait la repêcher, heureux, dans le sabot où elle s’était nichée dans du crottin de cheval !! Tout était sujet à plaisanterie et pourtant le labeur était rude : ferrer les chevaux, cercler les roues de charriot, confectionner des socs de charrue, ...

L’homme avait connu le parcours chaotique des jeunes hommes qui avaient quelques 20 ans au moment de la première guerre mondiale : Verdun, Salonique, Monastir ... dont il revint avec cet appétit de vivre, de profiter de l’instant présent qui caractérisa de nombreux poilus à leur retour.

Les anecdotes racontées par les aînés fusent.

Même si l’odeur de corne brûlée n’y est plus, ni les coups de marteau, ni les étincelles du foyer et les crachotements, sifflements de l’acier rougi trempé dans l’eau... le charme opère toujours, nostalgique, mais plein de bonhomie à l’image de celui qui fut l’âme du lieu pendant des années.

JPEG - 141.6 ko
Une crèche dans l’ancienne forge de Bouvignies

Mais les surprises ne s’arrêtent pas là, car la petite fille du forgeron y a recréé une crèche : deuxième motif pour cette invitation, surprise et commentaires, questionnement admiratif sur ces grands personnages en plâtre, illustrant la sainte famille, avec des costumes chamarrés, issus des mains habiles de Monique.
La magie du lieu est recréée autour d’une dégustation de café et de chocolat, accompagnés de petits gâteaux de Noël et des commentaires de Bernard, s’improvisant guide pour la circonstance.

Le lieu a retrouvé sa convivialité d’antan, si chère aux cœurs des Bouvigniens, et à Gaston Labbe qui la pratiquait au quotidien dans cet incontournable creuset de labeur et de joie de vivre.

Notes

[1sur ce sujet, l’association Bouvignies, Hier et Aujourd’hui a publié un cahier en juillet 2003 : Les maréchaux-ferrants de Bouvignies

Publié le mardi 24 décembre 2013

PDF - 2.5 Mo
Bouvignies - Pour notre village - Janvier 2015

Retrouvez les précédents numéros

Météo

Clair de lune voilé
1°C
ressentie : -3°C

Clair de lune voilé
Mise à jour : 12 décembre 2017 à 22h00min
Station : Lille/Lesquin, 59, FR
  • Vent 16 km/h - sud
  • Humidité 93%
  • Pression 1006.8 mbar
  • Point de rosée 0°C
  • Visibilité 9.7 km

En savoir plus